Dossier Littérature russe : la marque rouge | Livres Hebdo

Par Michel Parfenov, Léopoldine Leblanc, le 09.02.2018 (mis à jour le 09.02.2018 à 18h07) Dossier

Dossier Littérature russe : la marque rouge

La place Rouge à Moscou - Photo VALERII TKACHENKO/CC BY 2.0

Entre utopie et retour sur le passé, la littérature russe contemporaine reste vivace. La production se maintient, les lecteurs demeurent fidèles et de nouveaux auteurs s’imposent, tandis que Vladimir Sorokine joue les trublions.

Alors que 2017 venait d’être reconduite "année de la littérature russe", un étrange ovni faisait son apparition à Moscou : Manaraga. Le dernier roman de Vladimir Sorokine se déroule au beau milieu du XXIe siècle et décrit une société où les livres, faute d’être lus, ne sont plus imprimés. Pire, Manaraga conte les tribulations d’un cuisinier qui invente un nouveau business, le book’n’grill, où les

Lire la suite (44 430 caractères)

S’abonner à livres Hebdo

Débloquez l’accès illimité aux articles et aux archives.

  • Classements et tableaux de bord
  • Meilleures ventes
  • Agenda événements
  • L’annuaire éditeurs & diffuseurs
  • Et plus encore...
je m’abonne

Acheter l’article [4,50€]

Il sera archivé et listé avec vos précédents achats depuis votre compte Livres Hebdo.

  • La version pdf et imprimable
  • L’accès aux documents annexes
  • L’archive disponible à vie
j’achète l’article

Sur les mêmes thèmes (3 articles)

close

S’abonner à #La Lettre